Accueil > Films courts > Art vidéo & Clip > Les visages de Jeanne

Les visages de Jeanne

4 x 14’ | 2004 | Fichiers numériques - 4/3 | FRAC Lorraine | Musées de Metz

Installation vidéo multi-écrans autour de la figure de Jeanne d’Arc telle que l’ont représentée de grands cinéastes tout au long du XXe siècle.

"Après Napoléon, Jeanne d‘Arc est le personnage historique français qui a été le plus célébré : une trentaine de films lui ont été consacrés depuis 1898. Ce qui émerge de tous ces films, ce sont des visages d’actrices, leur beauté, leur émotion qui donnent réalité à la vie de Jeanne d’Arc. (…) Il y a là un matériau extraordinaire, non pour faire un film de plus, ni pour mettre en collision par un travail de montage divers regards sur Jeanne mais pour rendre palpable une énergie, une fulgurance, une forme d’évidence sublime aussi qui fait qu’un destin devient saisissable. (…)
Le principe de cette installation de Jean-Baptiste Mathieu consiste à mettre en scène un lieu où le regard du spectateur est confronté à la projection d’images et de sons aux quatre coins de l’espace, puis guidé par la circulation autour de lui de ces flux lumineux sur des écrans de toute nature. Ce qui est perçu ne concerne pas seulement un défilement narratif, mais plutôt les sensations kinesthésiques de la lumière, de la couleur et du mouvement des images, accentué encore par le propre déplacement du spectateur in situ. Qu’une larme coule sur la joue de Renée Falconetti seule face à ses juges, que Simone Genevois en armure se déchaîne sur son cheval pour lancer l’assaut victorieux, que le visage lumineux d’Ingrid Bergman implore ses voix de lui venir en aide, que les pieds nus de Florence Carrez-Delay parcourent les cinquante pas qui la mènent au bûcher ou que Géraldine Farrar s’abandonne fièrement aux flammes rousses qui envahissent l’écran, plusieurs figures de Jeanne existent simultanément, se répondent, se contredisent, s’évanouissent, glissant d’une surface de projection à une autre. Le travail de montage – qui concerne les moments les plus fulgurants, connus ou à redécouvrir – constitue une véritable stratégie de débordement de l’imaginaire du spectateur ; au-delà des batailles et des péripéties intelligibles, des visages en gros plan et de la photogénie, émergent les tableaux vivants et éphémères dont Jeanne est le cœur battant."

Christian Debize - Commissaire de l’exposition « De la Lorraine »

Commande d’artiste dans le cadre de l’exposition « De la Lorraine » aux Musées de Metz (avril-juillet 2004).
Exposition du FRAC Lorraine à la chapelle de Vaucouleurs (mai-octobre 2010).

Voir aussi

100 ans ONAC-VG

À partir d’images filmées par le Service Cinéma des Armées depuis un siècle, ce film de montage télescope les époques : un militaire blessé en 1917 est transporté (...)

Un père américain

À travers l’histoire de sa propre famille où l’absence de père se transmet d’une génération à l’autre, le réalisateur cherche des réponses à une interrogation qui le (...)

Bonheur maximum garanti

Construit à partir de films d’entreprise, de publicités, de films amateurs et d’actualités des années 50 et 60, ce film de montage restitue l’état d’esprit des (...)